Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Groupe de recherche angevin en économie et management

Navigation principale

    Recherche

    Fil d'ariane

    Le rôle des artothèques

    Le rôle des artothèques

    • Partager la page sur les réseaux sociaux
    • Envoyer cette page par mail

      Envoyer par mail


      Séparés par des virgules
    • Imprimer cette page

    Le rôle des artothèques dans la diffusion de l’art contemporain

     

    Équipe de recherche

    Claire Gauzente, Professeure à l’université de Nantes
    Nathalie Moureau, Professeure à l’université de Montpellier
    Yves Roy, Maître de Conférences à l’université de Poitiers
    Dominique Sagot-Duvauroux, Professeur à l’université d’Angers

     

    Présentation du projet

    Les artothèques sont sans doutes les institutions les moins connues parmi celles créées au début des années quatre-vingt dans le domaine de l’art contemporain (FRAC, Centres d’art labellisés…). Pourtant, elles jouent un rôle singulier sur la scène artistique et constituent un espace original entre le monde des musées et le monde du marché, entre les artistes et leurs œuvres. L’appropriation de l’œuvre ne passe pas par l’acquisition mais par un compagnonnage de quelques mois avec une œuvre « bien commun », que l’on va partager avec ses amis, son entourage, sa famille. La valeur d’usage supplante ici la valeur patrimoniale. Et l’œuvre elle-même vit une vie originale en se déplaçant de foyer en foyer, de bureaux en lieu d’exposition.

    Ces parcours d’emprunteurs et d’œuvres sont cependant peu documentés : Quelles œuvres sont majoritairement empruntées et pourquoi ? Comment un adhérent sélectionne les œuvres qu’il emprunte, est-ce que les motivations et les choix évoluent avec le temps, d’œuvres plutôt décoratives par exemple vers des œuvres plus conceptuelles ou plus engagées ? Quels rôles jouent les médiations opérées par les responsables des artothèques dans le processus de choix et d’apprentissage des emprunteurs ? Où l’œuvre est-elle installée dans les domiciles ? Fait-elle l’objet de discussion entre les membres du foyer, avec l’entourage ? L’emprunteur devient-il lui-même médiateur de l’œuvre qu’il expose ? Une même œuvre est-elle empruntée par le même type d’adhérent (en terme socio-économique, de type d’habitat, de structure familiale…) ? Au-delà de l’emprunt, les adhérents se documentent-ils sur l’artiste, sous quelle forme ? L’emprunt induit-il un achat ? Les emprunts de particuliers se distinguent-ils des emprunts faits des organisations ? Quelles attentes ont celles-ci de leurs adhésions ? Où exposent-elles les œuvres ? Comment leurs membres se les approprient ?

    Le projet de recherche sur les artothèques a pour objectif d’apporter des éléments de réponses à ces interrogations en analysant les rapports que les adhérents entretiennent avec les œuvres qu’ils empruntent, comment ce rapport évolue et modifie leur perception de l’art contemporain ? Quel rôle spécifique jouent les médiations des artothèques dans le processus d’apprentissage et d’appropriation de la création artistique des adhérents ?

    Il croisera une approche quantitative fondée sur l'analyse des fichiers d'emprunts des œuvres et une approche qualitative s'appuyant sur des entretiens avec les responsables d'artothèques et des adhérents.

     

    Financement