fr | en
Groupe de Recherche ANgevin en Économie et Management

Monsieur Olivier MOUATE, candidat au diplôme de Doctorat de l'Université d'Angers, est autorisé à soutenir publiquement sa thèse.

 

Le 21/01/2020 à 09h30
Faculté de droit, d’économie et de gestion
Amphi SIENNE
13, allée François Mitterrand
BP 13633
49036 ANGERS Cedex 01

Sur le sujet suivant :

Le rôle de la culture dans les dynamiques urbaines : une analyse économique des aménités culturelles

 

Directeur de thèse : Monsieur Dominique SAGOT-DUVAUROUX

Composition du jury :

Monsieur Olivier BEAUMAIS, Professeur des Universités Université de Rouen, Examinateur
Madame Lise BOURDEAU-LEPAGE, Professeur des Universités Université Lyon 3, Rapporteur
Monsieur François MOREAU, Professeur des Universités Université Paris 13, Rapporteur
Madame Nathalie MOUREAU, Professeur des Universités Université Paul Valery Montpellier, Examinateur
Monsieur Dominique SAGOT-DUVAUROUX, Professeur des Universités Université d’Angers, Directeur de thèse
Madame Muriel TRAVERS, Professeur des Universités Université de Nantes, Co-directeur de thèse

Résumé de la thèse


De plus en plus de villes misent sur la culture pour redynamiser leur économie en améliorant le bien-être des résidents et en attirant des individus créatifs et qualifiés, qui sont stratégiques dans le cadre du passage à l’économie post-industrielle. L’objectif de cette thèse est de comprendre comment la culture contribue aux dynamiques territoriales, et de vérifier empiriquement son impact sur la localisation des individus. Pour répondre à cette problématique, nous avons défini et mis en évidence l’intérêt du concept d’aménité culturelle. Il permet de comprendre comment les activités culturelles agglomérées dans une ville contribuent à la formation d’une atmosphère culturelle, localisée et non marchande. La valeur positive attribuée à ces aménités par les individus impacterait leur choix de localisation. Deux études empiriques sont réalisées. La première évalue la part de l’attractivité des aires urbaines françaises imputable à la culture et montre que les mieux dotées en emplois culturels bénéficient d’un niveau d’attractivité plus élevé. La seconde étude est fondée sur des données d’enquête issues de l’application de la méthode du Choice Experiment, qui permet de prendre en compte les déterminants non marchands d’un choix de localisation hypothétique. Un échantillon d’étudiants susceptible d’avoir à effectuer un choix de localisation est étudié. Nous montrons que la culture impacte positivement le choix de localisation mais ne suffit pas à elle seule à motiver le choix d’une ville. Une seconde application de la méthode montre une sensibilité plus forte aux dimensions culturelles événementielles qu’aux dimensions patrimoniales lors du choix de la ville. 

Scroll