fr | en
Groupe de Recherche ANgevin en Économie et Management

Séparés par des virgules

Soutenance de thèse de Monsieur BEN ABDALLAH Abdelaziz

10H00 | VISIOCONFÉRENCE TOTALE

Sujet : Résilience des systèmes de gouvernance face à l'instabilité politique et socio-économique

Directeur de Thèse : Walid OUESLATI
Co-Directeur de thèse : Julien SALANIÉ

 

RÉSUMÉ

Dans cette thèse, nous nous interrogeons sur la capacité des systèmes de gouvernance d’une ressource naturelle à résister aux crises politiques et sociales qui frappent un pays. L’ensemble du questionnement de cette thèse s’inscrit dans une réflexion centrée sur la résilience des systèmes de gouvernance des ressources naturelles face à un choc institutionnel. Dans un contexte d’instabilité politique et sociale et suite à un choc institutionnel, les systèmes de gouvernance d’une ressource naturelle, pourraient-ils être résilients au dysfonctionnement institutionnel et la baisse de l’autorité de l’Etat? Quels rôles pourraient jouer les institutions locales dans cette résilience ?

Cette compréhension de la résilience des systèmes de gouvernance, sa description théorique et son observation empirique, constituent la démarche méthodologique centrale de ce travail de recherche. Observer la résilience des systèmes de gouvernance des ressources naturelles face à un choc institutionnel revient, selon notre approche, à observer la capacité de chaque système à absorber la perturbation qui l’a affectée et sa capacité à s’adapter et à se préparer à ce choc, mais aussi à chercher s’ils existent des facteurs qui influencent positivement ou négativement le système pour qu’il sorte indemne, diminué ou plus fort des situations de crise.

Après une révision des enjeux théoriques de cette question et une application empirique sur un cas d’étude, nous constatons que, si le système impliquant des institutions locales a pu absorber le choc institutionnel, preuve d’une certaine capacité de résilience, des difficultés ont été rencontrées par le système « command and control » (sans institutions locales) en raison d’une gouvernance trop centralisée avant le choc et la défaillance constatée des services de l’Etat durant la période d’instabilité politique et sociale.

Sur le plan théorique, la principale avancée de cette thèse concerne l’intégration de la notion de résilience dans la recherche sur les politiques de gestion des ressources naturelles. En cherchant à dépasser la vision linéaire et déterministe, fondée sur l’hypothèse de rationalité, qui caractérise le rapport entre les agents économiques et l’environnement dans la littérature standard, nous proposons dans ce travail une approche reconnaissant l’existence de processus institutionnels, ou encore territoriaux et locaux dans l’élaboration de la rationalité des agents, et de ce fait dans les relations de ces derniers avec les ressources naturelles locales communes.

Notre travail empirique témoigne de l’intérêt de traiter des questions relatives à la gouvernance des ressources naturelles par la promotion de la résilience. En effet, l’étude des mesures d’accompagnement institutionnelles locales mises en place dans les territoires (réalisées par les institutions locales) nous fournit des clés de compréhension sur les stratégies effectivement déployées par les acteurs locaux en réponse à un choc institutionnel, et donc sur les stratégies d’adaptation développées qui minimisent l’effet de ce choc.

 

Composition du Jury :

Olivier AZNAR

Rapporteur

Professeur des Université, Vet Agro Sup

Valérie BILLAUDEAU

Autre Membre

Maîtresse de Conférences, Université d'Angers

Ali CHEBIL

Rapporteur

Chargé de Recherches HDR, INGREF

François COLSON

Autre Membre

Professeur des Université, Agrocampus Ouest

Walid OUESLATI

Directeur de thèse

Professeur des Universités, OCDE

Julien SALANIÉ

Co-directeur de thèse

Professeur des Universités, Université Jean Monnet

 

Avis de soutenance (en attente validation)

En raison des circonstances sanitaires actuelles,
cette soutenance de thèse est organisée en visioconférence TOTALE

Scroll