Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Groupe de recherche angevin en économie et management

Navigation principale

    Recherche

    Fil d'ariane

    Séminaire ESTA 01/02

    Séminaire ESTA 01/02

    • Partager la page sur les réseaux sociaux
    • Envoyer cette page par mail

      Envoyer par mail


      Séparés par des virgules
    • Imprimer cette page

    Séminaire ESTA

    Salle du Conseil 12h00 à 14h00

    Le 1 février 2018

    Avec
    - Rodrigue Brin (doctorant en Sciences Economiques)

    "Mesure de l’efficacité technique des producteurs ivoiriens : l’organisation collective en question"

    Résumé :

    L’expérience menée en 2013 dans la filière plantain, a révélé une forte propension des opérateurs à coopérer. Pourtant, ce degré de coopération n’est pas perceptible dans les faits. Les opérations de production, de transport et logistique mutualisées sont faibles, alors que la production de plantain reste insuffisante. Ce travail a pour objectif d’évaluer et d’analyser le niveau d’efficacité de la production actuelle. Si, le niveau de production s’avère efficace, cela expliquera sans nul doute l’approche «individuelle» adoptée par la majorité d’entre eux. Un exploitant est techniquement efficace, lorsque pour un niveau d’inputs utilisés, il ne peut augmenter son niveau de production, sans augmenter ou réduire la quantité d’un ou plusieurs inputs. Notre méthode d’estimation est basée sur une approche paramétrique de l’estimation d’une frontière de production du type stochastique. Elle permet non seulement de mesurer l’efficacité, mais d’identifier les facteurs (indépendantes des quantités d’input) source de l’inefficacité observée. Les données sont issues d’une enquête menée en Côte d’Ivoire, auprès de 106 producteurs. 

    Nos résultats révèlent un score d’efficience moyen de 53%, avec des disparités observées selon les catégories. L’efficacité de la production est positivement influencée par les quantités du capital et d’engrais (NPK). La variation de 1% du capital et des engrais (NPK) augmente le niveau de production de 16.2% et de 1%. D’autre part, l’inefficience des exploitants est expliquée à 96% par les variables socioéconomiques. Nous observons que l’accès à la terre, la technologie (technique de multiplication des plants) et l’appartenance à un groupe d’entraide réduisent l’inefficacité technique. L’accès à la terre par location incite les exploitants à être plus performant du fait des engagements contractés auprès du propriétaire. Il en est de même pour la technique de production de rejet, ceux qui utilisent les techniques modernes ont un score moyen de 75% contre 51% pour ceux qui adoptent la méthode traditionnelle. Aussi, plus un exploitant, mutualise ses activités et plus son niveau d’inefficacité diminue. En effet, la mutualisation des opérations, amène ce dernier à bénéficier d’un pouvoir d’investissement plus important, d’où la baisse de l’inefficacité. Ainsi, il est possible d’améliorer la productivité des exploitants de 47% (score d’inefficacité), sans qu’ils en subissent de coûts supplémentaires. 



    - Aurore Giacomel (doctorante en Gestion)

    "Re-conceptualisation du travail émotionnel par l'approche de la Pensée Complexe".

    Résumé :

    Accompagnant le développement croissant des métiers de services, la question des comportements organisationnels mêlant les acteurs - clients, salariés et employeurs - au sein d'interactions marchandes a pris de l'importance. En effet, l'emploi de service confie au salarié le rôle d'influencer les émotions du client en répondant au mieux à ses attentes, en accord avec l'image que l'entreprise souhaite véhiculer. Cette exigence de mise en correspondance de la satisfaction du client avec la norme organisationnelle de performance du service demande la réalisation d'un travail émotionnel par le salarié.

    Le concept de travail émotionnel, initié par Hochschild en 1983, ainsi que ses effets et antécédents, sont étudiés depuis, au sein d'une littérature vaste et souvent confuse, voire contradictoire. Notre travail consiste à faire avancer la compréhension du processus de travail émotionnel en utilisant une approche du concept par la Pensée Complexe, c'est-à-dire en considérant le processus à partir de l'ensemble des disciplines qui le concernent (gestion, psychologie, sociologie, neurosciences, systémique) et à travers l'ensemble des caractéristiques de ce système complexe de régulation émotionnelle au travail. Nous souhaitons ainsi déterminer les piliers de l'équilibre émotionnel au travail et établir une grille de lecture des stratégies individuelles de travail émotionnel ainsi que leurs éventuels effets à long terme sur la santé et la performance des salariés.